Anne-Marie Lecoq, Marc Fumaroli
François 1er imaginaire
Symbolique et politique à l'aube de la Renaissance française
Collection : Art et histoire
565 pages
bibliographie, index
235 illustrations noir et blanc
format 24 x 16 cm
ISBN 978-2-86589-019-4
épuisé
1re édition : 1987
Auteurs :
Anne-Marie Lecoq, Marc Fumaroli
facebook Partager sur Facebook

François Ier imaginaire : les deux termes peuvent sembler contradictoires. Pour le public, le nom du vainqueur de Marignan évoque des réalités tout à fait tangibles : une forte présence charnelle, des banquets, des tournois, des chasses et des bals, des pourpoints de satin et de brocart couverts de bijoux, des châteaux fastueux : Blois, Chambord, Fontainbleau.
Mais à côté des réalités, il y a les fictions. À côté de l’organisateur du royaume et du protecteur des arts, apparaît un personnage qu’on ne soupçonnait pas : le double idéal de François Ier, à la fois plus et moins sérieux que le vrai. Humanistes, poètes, enlumineurs, graveurs, sculpteurs, ne cessent de le créer, au fur et à mesure des événements. Jusqu’à l’irruption brutale de quelques faits : l’humiliante défaite du héros devant Pavie, sa captivité, les héritiers en otages… Dans le règne des rois comme dans la vie des hommes, les faits et les fictions ne cessent de se jouer des tours.

L’époque de François Ier est un moment fort de l’imaginaire royal. Après la disparition des séquelles de la guerre de Cent Ans, la France en plein essor est prise d’ambitions européennes, envahit l’Italie, guigne l’Empire. Idées et pratiques absolutistes font un bond en avant. Le moment où se mêlent les « rhétoriqueurs » et les « antiquaires » est celui d’un grand remue-ménage iconographique et d’une fringale d’images nouvelles. Tout favorise les spéculations monarchiques et nationales. 

C’est ce moment qu’à voulu saisir Anne-Marie Lecoq en étudiant de près, pour la première fois, manuscrits et imprimés, illustrations peintes et gravées, fêtes et spectacles de rue, décors sculptés des demeures et des tombeaux. Ainsi surgit l’histoire imaginaire de François Ier, exprimée en particulier dans le langage de la symbolique. Sous un éclairage inattendu, voici le premier éclat de la Renaissance française, de son art et de sa culture.