Etienne-Jean Delécluze, Jean-Pierre Mouilleseaux
Louis David, son école et son temps
Édition de 1855, préfacée et annotée par J.P. Mouilleseaux
Collection : Vivants piliers
534 pages
24 illustrations noir et blanc
format 20,5 x 13,5 cm
ISBN 978-2-86589-009-5
épuisé
1re édition : 1983
2e édition : 1989
Auteurs :
Etienne-Jean Delécluze, Jean-Pierre Mouilleseaux
facebook Partager sur Facebook

David domine de sa stature colossale un demi-siècle d'art français. Chef de file du néoclassicisme, il s'impose à la fois par une carrière jalonnée de chefs-d'œuvre, par son enseignement (cinq cents élèves, dont Gros, Girodet, Gérard, Ingres) et par son engagement politique (élu député, il siège avec la Montagne, vote la mort du roi, devient le grand imagier de l'Empire, et finit sa vie en exil, banni par les Bourbons).
De ce destin, Delécluze est le témoin fasciné et méticuleux. Entré dans l'atelier de David au moment où celui-ci prépare les Sabines, il se destine à la peinture d'histoire, bifurque vers les Lettres, et devient le critique tout-puissant du Journal des Débats. Ses souvenirs forment un précieux tableau de l'atelier : propos du maître, séances de correction, conversations avec Gros ou Girodet. Nous voyons Napoléon s'impatienter pendant la pose... L'ouvrage s'ouvre par un «reportage» à la Convention quand David, «pâle, en sueur», sauve de justesse sa tête après Thermidor.
Un document vivant et passionné sur le rayonnement d'un artiste et de son école que notre époque redécouvre.