Giulio Carlo Argan
Brunelleschi
Collection : Architecture
161 pages
bibliographie
83 illustrations noir et blanc
format 20,5 x 13,5 cm
ISBN 978-2-86589-001-9
épuisé
1re édition : 1981
3e édition : 1991
Auteur :
Giulio Carlo Argan
Traducteur :
Alain Degange
facebook Partager sur Facebook

L'invention de la perspective monoculaire, ou plutôt sa vérification par des expériences d'optique, et l'érection spectaculaire de la coupole de Sainte-Marie-des-fleurs à Florence, sans cintre ni échafaudage extérieur, sont les actes fondateurs de la Renaissance italienne. Brunelleschi formule la théorie d'un espace unifié, abstrait mais mesurable, qui sera pendant cinq siècle le langage commun du peintre, de l'architecte et du sculpteur occidental. Premier démiurge du Quattrocento, épris de mathématiques et de cosmogonie, amoureux des restes de l'architecture antique, ingénieur, urbaniste, stratège et sculpteur, il incarne avec éclat l'idéal humaniste. Il marque aussi le visage de Florence, sa ville natale où il construit églises et chapelles, des palais et un hôpital.

L'essai fondamental du Pr. Argan, publié en 1955, est à l'origine des recherches sur l'inscription sociale du nouveau rationalisme brunelleschien. On y trouve des pages décisives sur la fonction de la perspective comme machine productive d'espace (picturale, architectural).  La distinction dégagée par G.C. Argan entre plan (projectif) et surface (matérielle) s'est révélée lourde d'implications dans la recherche contemporaine - notamment en peinture.

Giulio Carlo Argan (1909-1992), ancien conservateur et titulaire de la chaire d'histoire de l'art à Rome, a profondément marqué la théorie de l'art en Italie. Il a publié de nombreux ouvrage, parmi lesquels Beato Angelico, Botticelli, Borromini, L'Europe des capitales, Le Bauhaus. Le Pr. Argan a été maire de Rome de 1976 à 1979.