Jane Giles, Serge Daney, Edmund White, Jean Genet, Albert Dichy, Nico Papatakis, Frédéric Charpentier, Philippe-Alain Michaud
Le Cinéma de Jean Genet
Un chant d'amour
Collection : Cinéma
160 pages
bibliographie
56 illustrations noir et blanc
format 23 x 18 cm
25.35 €
ISBN 978-2-86589-043-9
1re édition : 1993
Auteurs :
Jane Giles, Serge Daney, Edmund White, Jean Genet, Albert Dichy, Nico Papatakis, Frédéric Charpentier, Philippe-Alain Michaud
Traducteur :
Françoise Michaud
facebook Partager sur Facebook

Jean Genet n'est pas seulement le plus grand prosateur français de l'après-guerre, l'héritier pervers de Chateaubriand et de Rimbaud, l'homme qui imposa la mythologie des assassins enchanteurs, des grands macs inflexibles et des divines.
Cinéaste - mais aussi scénariste, théoricien - Genet a produit une œuvre rare, provocante, clandestine qui émerge peu à peu depuis sa mort en 1986 : « Il est étrange de constater, écrit Edmund White dans la préface, que Genet a pensé au cinéma tout au long de sa carrière d'écrivain. Il a écrit plus de pages de scénarios que de toute autre littérature. »

À lire l'ouvrage de Jane Giles, on s'apercevra que le cinéma, première culture de Genet adolescent, est au cœur de ses procédures d'écrivain, et que quantité de constructions dans Notre-Dame-des-Fleurs ou Miracle de la rose - montages alternés, flash-backs, détails - en sont issues.
Pour Edmund White, « Un Chant d'amour, le seul film écrit et réalisé par Genet, dévoile sous leur forme pure les techniques qu'il a utilisées dans ses romans et ses pièces de théâtre. »

Jane Giles, née en 1964, près de Londres, a soutenu en 1986 sa thèse à l'université de Kent sur « Le cinéma de Jean Genet » et a publié, en 1991, sous le même titre, un livre au B.F.I. (British Film Institute). Outre un préambule de Serge Daney, cet ouvrage comporte une préface d'Edmund White, des entretiens avec Edmund White, Albert Dichy et Nico Papatakis, ainsi qu'une étude de Philippe-Alain Michaud.