Quatremère de Quincy, Édouard Pommier, Emmanuel Alloa
Lettres à Miranda
Sur le déplacement des monuments de l'art de l'Italie (1796)
Collection : La littérature artistique
168 pages
6 illustrations noir et blanc
format 19,5 x 13 cm
16.00 €
ISBN 978-2-86589-106-1
ISSN 1159-4632
1re édition : 1989
3e édition : 2017
Auteurs :
Quatremère de Quincy, Édouard Pommier, Emmanuel Alloa
facebook Partager sur Facebook

Qu’est-ce que l’œuvre d’art ?

Peut-on impunément l’arracher à son milieu géographique et historique, esthétique, sociologique ? En s’élevant dans ses Lettres à Miranda (1796) contre la politique de spoliation voulue par le Directoire et menée à bien par Bonaparte en Italie, Quatremère de Quincy prend parti dans une querelle nationale. D’un côté ceux qui veulent prélever dans toute l’Europe et ramener de force à Paris les plus grands chefs-d’œuvre pour faire de la capitale révolutionnaire l’héritière d’Athènes et de Rome ; de l’autre ceux pour qui l’œuvre ne prend sens que du contexte où elle se déploie. Pour Quatremère, « diviser c’est détruire », et Rome est un « grand livre » dont il importe de tenir ensemble toutes les pages. « Le pays est lui-même le muséum », écrit-il, faisant du lieu et non plus de l’objet l’unité indivise de l’art.

Ce texte expose avec conviction une vision européenne de la culture, en même temps qu’il développe une « théorie du contexte » qui contredit aux conceptions biographiques héritées de Vasari.

Dans une introduction détaillée, Édouard Pommier analyse les différentes péripéties d’une polémique de grande ampleur où, de proche en proche, c’est toute la question du patrimoine qui est posée.

Emmanuel Alloa, quant à lui, poursuit la réflexion sur le déplacement des œuvres d’art, qu’il replace dans le contexte contemporain.

Théoricien prolifique du néoclassicisme, Quatremère de Quincy (1755-1849) est notamment l’auteur des Considérations sur les arts du dessin, d’un Dictionnaire de l’architecture et d’un Canova.

Auteur de l’introduction, Édouard Pommier, archiviste-paléographe, agrégé d’histoire et ancien membre de l’École française de Rome, a été inspecteur général des musées de France dès 1983. Spécialiste de l’histoire des théories et des institutions artistiques, il a publié notamment, aux éditions Gallimard, L’Art de la liberté, Théories du portrait. De la Renaissance aux Lumières et Winckelmann, inventeur de l’histoire de l’art.

Emmanuel Alloa, auteur de la postface, est maître de conférences en philosophie à l’Université de Saint-Gall. Ses recherches se situent à l’intersection de la phénoménologie, de l’histoire des idées et de l’esthétique. Parmi ses dernières parutions en français, citons Penser l’image III. Comment lire les images ?, Presses du réel (2017), ainsi que la traduction de Chose et medium de Fritz Heider, Éditions Vrin (2017).