Leon Battista Alberti, Jean Louis Schefer, Sylvie Deswarte-Rosa
De Pictura (1435) | De la Peinture
Collection : La littérature artistique
256 pages
bibliographie, index
14 illustrations noir et blanc
format 19,5 x 13 cm
18.00 €
ISBN 978-2-86589-035-4
ISSN 1159-4632
1re édition : 1992
8e édition : 2014
Auteurs :
Leon Battista Alberti, Jean Louis Schefer, Sylvie Deswarte-Rosa
Traducteur :
Jean Louis Schefer
facebook Partager sur Facebook

« Celui-là ne deviendra jamais un bon peintre s’il n’entend parfaitement ce qu’il entreprend quand il peint. Car ton arc est tendu en vain si tu n’as pas de but pour diriger ta flèche. »
De la Peinture, Livre I

Le De Pictura de Leon Battista Alberti (1404-1472) est le texte fondateur de la peinture occidentale moderne.

Savant, peintre, architecte, défenseur de la rationalité et figure centrale de la première Renaissance, Alberti réunit en un court traité le savoir de ses amis florentins : Brunelleschi, Donatello, Ghiberti...

En trois parties qui sont comme autant de recouvrements successifs du panneau ou de la fresque, Alberti instaure – par delà les recettes d’atelier – quelque chose comme un protocole de la peinture. Sous sa plume, le tableau devient alors la fenêtre à travers laquelle on contemple, non le monde, mais une histoire.

Les tensions qui parcourent ce texte – statut de la couleur, physique ou symbolique ; prélèvement réaliste ou figures idéales ; efficience de la lumière ; ambivalence de la surface en tant qu’aplat et profondeur – traverseront toute la pratique de la peinture jusqu’à la rupture du XIXe siècle (Delacroix, Manet, Cézanne).

Jean Louis Schefer, écrivain et théoricien, auteur d’ouvrages sur saint Augustin, Uccello, Corrège et Le Greco, procure une traduction qui obéit aux exigences scientifiques modernes (l’original figure en regard) sans pour autant sacrifier l’ample mouvement de la syntaxe latine.

Sylvie Deswarte-Rosa, directeur de recherche émérite au CNRS, tire dans une introduction érudite le portrait inattendu d’un Alberti mélancolique. Elle dessine l’organisation rhétorique du texte, inspirée de Quintilien, et propose une bibliographie qui retrace, depuis le XVe siècle, la fortune du De Pictura et les résistances qu’il a suscitées.