Jack Kerouac, Alfred Leslie, Robert Frank, John Cohen, Jack Sargeant, Patrice Rollet
Pull My Daisy
Collection : Le film
244 pages
75 illustrations noir et blanc
format 19,5 x 13 cm
20.00 €
ISBN 978-2-86589-089-7
ISSN 2430-8943
1re édition : 2016
Auteurs :
Jack Kerouac, Alfred Leslie, Robert Frank, John Cohen, Jack Sargeant, Patrice Rollet
Traducteurs :
Philippe Mikriammos, Sophie Yersin Legrand
facebook Partager sur Facebook

Cet ouvrage a paru à l’occasion de l’exposition Beat Generation au Centre Georges Pompidou du 22 juin au 3 octobre 2016, commissariat Philippe-Alain Michaud.

« Comme L’Âge d’or en son temps pour le mouvement surréaliste, Pull My Daisy demeure […] l’un des rares films à n’avoir pas galvaudé, formellement, l’esprit de liberté qui animait la Beat Generation, tout en en réunissant, avant qu’elle ne se disperse, la fine fleur littéraire, photographique, picturale et musicale poussant à la frontière de la culture américaine. » Patrice Rollet

Des poètes beat (Allen Ginsberg, Gregory Corso et Peter Orlovsky) ; des peintres (Alfred Leslie, Larry Rivers, Alice Neal) ; une comédienne française débutante qui se fait appeler Beltiane (Delphine Seyrig, un an avant L’Année dernière à Marienbad) ; un marchand d’art qui joue le rôle d’un évêque

(Richard Bellamy) ; une danseuse (Sally Gross) ; un musicien (David Amram) et un photographe (Robert Frank, qui commençait à être connu pour ses images des Américains)… Puis l’immense Jack Kerouac, auteur d’une pièce dont le troisième acte donnera sa trame au film, qui improvisera un commentaire sur les images déjà tournées et montées. Mélange étrange. Voici Pull My Daisy, film-culte de la Beat Generation.

Depuis 1959, le film a une réputation à tenir : spontané, non planifié, non dirigé, improvisé, dont le couronnement est ce commentaire intense et  poétique de Kerouac, scandé de sa voix si profonde et si mélodieuse (« Personne ne peut déclamer la langue comme les poètes peuvent le faire », dira de lui Alfred Leslie). Même si l’on sait que, d’une manière ou d’une autre, Pull My Daisy a été planifié et dirigé par ses deux réalisateurs, Alfred Leslie et Robert Frank, on se demande comment discipliner de tels acteurs… David Amram se souviendra que Robert Frank tentait de faire sérieusement son travail, mais tous essayaient de le faire rire, et aussi que les indications de jeu données par Alfred Leslie étaient couvertes par le vacarme de la bande… C’est peut-être là que se situe la « spontanéité » qui transparaît dans Pull My Daisy.

John Cohen, à qui Robert Frank avait demandé de prendre des photographies du tournage, a été le témoin de ces journées passées à « cueillir la pâquerette » et ses splendides images rayonnent d’une joie communicative.

Une introduction de Patrice Rollet et un texte de présentation de Pull My Daisy par Jack Sargeant, ainsi que deux entretiens qu’il a menés avec Alfred Leslie et Robert Frank complètent la première traduction française du génial commentaire improvisé par Kerouac.

John Cohen est musicien, photographe et réalisateur de documentaires. Il immortalisa dans ses photographies devenues mythiques les figures emblématiques du New York de la fin des années 1950 : l’émergence du Pop Art, Bob Dylan ou encore le célèbre Cedar Bar.

Patrice Rollet est professeur à l’École nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy. Essayiste et critique de cinéma, il a fondé, avec Serge Daney, la revue Trafic après avoir été directeur littéraire des Cahiers du cinéma. Il a notamment publié Passages à vide aux Éditions P.O.L (2002) et Diaries, Notes and Sketches de Jonas Mekas aux Éditions Yellow Now (2013).

Jack Sargeant est l’auteur d’études de référence portant sur l’histoire des contre-cultures américaines, dont Deathtripping: The Cinema of Transgression, en 1995 ou Lost Highways: an Illustrated History of Road Movies, en 1999.